Vendre comme on séduit, comme un Conteur Moderne.

6h41, Nice, France.

Je vous écris comme j’écris une lettre pour vous raconter des histoires.

De belles histoires j’espère, des histoires où l’on se comprend.

Cette semaine, j’ai deux nouveaux projets très enthousiasmant qui arrivent.

L’un vous le connaissez déjà, c’est le pack mindset et productivité qui arrive.

Celui là il m’enthousiasme beaucoup.

Je suis fier et j’ai hâte qu’il voit le jour.

Le deuxième, c’est un client important, pro, avec qui je vais travailler en coaching.

Le genre de client que je n’aurais jamais pensé signer il y a 10 ans.

Aujourd’hui pourtant, cela paraissait évident. L’entretien pour passer les étapes (il y en a toujours avec les grands groupes pour être validé par leur processus interne) était relativement simple.

Le sujet ici n’est même pas de dire qui est le meilleur, qui est moins bon, et je suis de toute façon un mauvais vendeur d’aspirateur.

Ce qui fait la différence, c’est d’être bon dans son domaine.

SON domaine.

Sur les internets on appelle ça être aligné.

Être focus.

Avoir un personal branding fort.

Savoir que tout est ancré en toi, là où ça doit être.

Moi, c’est la prise de parole sur les réseaux sociaux, et le fait d’accompagner des entrepreneurs sur ce sujet.

C’est parfois pour vendre mieux, parfois pour une histoire de notoriété, de reboot d’image, parfois simplement, il faut un déclic pour lancer autrement un projet.

Tout ça, c’est mon travail de Conteur Moderne. Je joue avec les mots.

Les mots pour aider les autres.

Alors quand ce gros client a dit OK, j’ai trouvé ça presque normal, parce que je sais que je vais vraiment apporter de la valeur, sur le domaine précis où je l’aide.

Je connais les résultats que je peux obtenir.

Et il est venu me chercher pour ça.

Parce que mon image parle de ça, mon image de Conteur Moderne et de coach en prise de parole parle de ça.

Je ne fais pas 12 métiers, je n’ai pas 19 compétences.

J’en ai une, je me suis spécialisé dedans.

Conteur Moderne et son vaudou marketing des internets globales.

Mec qui apprend à raconter des trucs de la bonne façon sur internet.

Ça c’est moi.

Et toi, tu te définis comment ?

Parce qu’il y a deux choses qui sont indispensables pour un entrepreneur.

Vendre. Ça on sait. Si tu ne vends pas, tu ne réussis pas.

Et savoir qui tu es, pour le faire savoir au monde.

Si ton personal branding, ton image n’est pas assez claire, pas assez forte, tu ne vendras jamais rien, ton message ne passera pas, ta mission ne sera pas effectuée, et adieu ta vision.

Mes conneries de mots en ING, n’ont qu’un seul objectif en fait.

T’apprendre à poser les bases qui vendent à ta place.

Pour que les clients viennent à toi sans que tu cours après pour leur vendre ton aspirateur.

Si tu es un expert dans ton domaine, tu peux résoudre leur problème précis du moment, et ils viendront vers toi sans que tu bouges.

Sauf que pour ça, tu dois avoir une image forte, c’est très important.

Je sais, tu peux choisir de me dire que toi, ce n’est pas comme ça que tu vois les choses, que tu préfères être discret, et faire de la vente direct avec tes compétences parce que ton produit est bien, qu’il est meilleur etc..

J’entends ça, et je le comprends.

Sauf que le marché, il ne fonctionne pas comme ça.

Parlons séduction pour faire l’analogie.

Deux situations.

Vous avez repéré quelqu’un qui vous plaît dans un bar bondé. (que ce soit un homme, une femme, ou un koala on s’en fou ici, on n’est qu’amour nous).

Quelle situation est la plus « efficace » ?

  • Vous traversez tout le bar en vous faufilant pour aller essayer d’attirer son attention au milieu des 18 personnes qui ont eu la même idée que vous, avec donc les mêmes habits que vous, pour convaincre cette personne que votre beauté intérieure est au dessus.
  • Vous entrez, vous êtes mieux habillé, tout le monde vous voit, le personnel du bar vous dit bonjour, le/la meilleur(e) ami(e) de cette personne lui dit que vous êtes génial, que votre beauté intérieure est au dessus du lot, et qu’il faut vous parler.

Je pense que vous connaissez la réponse.

L’étape un, c’est de la vente direct à un prospect froid, avec votre produit qui est meilleur que les autres, dans un marché qui s’en fou.

L’étape 2, c’est un branding fort, une connaissance des mots, du terrain, la preuve sociale, et tout ceci vend à votre place.

Si après tout ça, vous voulez quand même traverses tout le bar pour vendre votre aspirateur, moi je ne peux plus rien faire pour vous, j’abandonne.

Pour réussir à vendre il faut deux choses.

  • Les bonnes personnes en face, réceptives
  • La bonne image et la bonne façon de te raconter, qui bosse pour toi.

Du coup ça tombe bien, puisque les deux sont compilés dans un nouveau pack comprenant Aimant à clients + Tremplin (30 jours pour communiquer comme un Conteur Moderne).

Je viens d’inventer ce pack qui ne m’a jamais paru aussi essentiel.

C’est juste là : https://jkohlmann.fr/aimantaclients/

PS : Ce pack spécifique est à -50% jusqu’à ce que j’atterrisse à Barcelone ce soir, puis il retourne à son prix normal.

Je te laisse sur ce, je vais aller courir vite fait dans les hauteurs de Nice avant de faire mon sac moi, et je sens que ça va être efficace encore tout ça.

Written by Jérémy Kohlmann
Je m'appelle Jérémy, et j'ai créé ce blog aussi bien comme carte de visite que moyen d'expression. Nous traiterons ici de ce que j'aime (le sport, la santé, l'aspiration au mieux-être) mais aussi de ce que je fais (la stratégie digitale, les réseaux sociaux, le Brand Content). Pour plus d'informations, le menu contact est juste au-dessus. Qui je suis ? Je suis un conteur moderne.