Mes aventures entre Malte et Nice, avec des avions dedans.

10h32, Nice, côte d’Azur.

Je vais vous raconter les péripéties pour arriver jusqu’ici, en revenant de Malte.

Hier, ma patience a été mise à rude épreuve, et je ne pensais vraiment pas pouvoir supporter ça calmement, en riant presque (nerveusement évidemment…)

Quitter l’Hotel à 10h, vol à 19h25, normalement.

1h10 de retard affiché.

Puis 1h30.

Puis 1h30 dans l’avion sans décoller.

Ressortir de l’avion pour comptage.

Partir avec 3h20 de retard dans un avion sans clim avant le décollage.

Le personnel de vol adorable qui ne pouvait rien faire de plus.

Et là tu te dis : Ok, j’ai envie de m’ouvrir la cage thoracique avec les ongles et de me gratter tout dedans tellement j’en ai marre.

MAIS.

Ça va changer quoi ? Qu’est-ce que je peux faire pour agir là-dessus, maintenant ?

En fait rien.

Donc tu fermes les yeux, tu prends 3 grandes inspirations comme on t’a appris, tu mets un peu de musique, tu sors un livre, et tu souris aux personnes qui essaient de faire de leur mieux.

Il n’y a aucune raison valable de s’énerver si ça n’améliore pas la situation.

Du coup je me suis dit : C’est pareil quand je développe un nouveau projet, et que je n’ose pas, que je ne sais pas, que j’ai peur du résultat, que je n’arrive pas à me lancer.

Ce moment où tu es en haut du grand plongeoir à la piscine, à 11 ans et que tu te dis : est-ce que je saute ?

Evidemment comme ça de base, absolument pas.

Pourquoi donc je me jetterais dans le vide gratuitement ?

Oui j’ai peur.

Oui c’est difficile.

D’accord, je peux faire quoi pour lutter contre ça ?

Rien.

L’instant.

Attraper l’instant au vol.

Les grecs, ils appellent ça le Kairos, un petit ange avec une touffe de cheveux sur la tête qu’il faut saisir quand il passe. Après c’est trop tard.

Alors je saisis l’instant que je peux le faire, j’oublie le reste, et quand je ne peux rien faire, je respire et j’attends.

C’est parfait ça, quand on n’a pas de plan, ou qu’on en a pas besoin.

Moi perso, j’ai toujours besoin d’avoir un plan.

L’improvisation m’angoisse. J’ai l’impression que rien ne tourne rond dans ces moments.

J’ai besoin d’avoir des étapes à suivre, les unes après les autres.

Même si elles vont vite, même si elles sont simples, j’ai besoin d’une routine.

c’est rassurant la routine.

C’est pour ça que dans la formation Aimant à clients, j’ai mis des étapes claires. (et que je t’explique dans le groupe privé au pire).

D’abord on fait ça.

Ensuite ça.

Ensuite ça.

Dans l’ordre.

Dans l’ordre calme et rassurant.

Une méthode bête, à suivre sans se poser de questions.

Simplement, tu recopies, tu appliques, et tu récoltes les résultats.

Je ne veux que des choses comme ça moi.

Mon cerveau, il tourne toute la journée, il me fatigue.

Quand je rejoins un programme, je veux le mettre sur off et appliquer, être dans le moment, dans l’instant, avec des choses sur lesquelles je peux agir MAINTENANT.

Pas comme dans l’avion qui ne décolle jamais quoi.

Alors si tu es comme moi, que tu aimes agir sans te poser trop de questions, sur l’instant, avec un plan clair, ce programme de formation va t’aider.

https://jkohlmann.fr/aimantaclients

Et si ce n’est pas ton truc, et ce n’est clairement pas pour tout le monde, alors tu peux continuer à courir vite, toujours tout droit, sans plan, et crier sur les hôtesses de l’air parce que l’avion ne décolle pas.

Moi ça m’angoisserait, mais je ne suis pas dans ta tête après tout.

Allez, on se reparle demain je pense.

Mymy,

Written by Jérémy Kohlmann
Je m'appelle Jérémy, et j'ai créé ce blog aussi bien comme carte de visite que moyen d'expression. Nous traiterons ici de ce que j'aime (le sport, la santé, l'aspiration au mieux-être) mais aussi de ce que je fais (la stratégie digitale, les réseaux sociaux, le Brand Content). Pour plus d'informations, le menu contact est juste au-dessus. Qui je suis ? Je suis un conteur moderne.