C’est l’histoire d’un entrepreneur…

Aujourd’hui, j’ai envie de vous raconter une histoire. C’est mon métier je crois de toute façon. L’histoire de Gertrude, entrepreneur, 29 ans, en reconversion, et en plein doute. Gertrude, c’est toutes les personnes où presque que j’incube, que je coach, qui viennent à moi ou que je croise en événement. Gertrude c’est un peu moi, un peu nous, les entrepreneurs se ressemblent mais ne se rassemblent pas assez.

Qui est Gertrude

Gertrude a 29 ans et vit en banlieue de Paris, pour des raisons de loyers surtout. Avant sa reconversion, elle pouvait se payer un appartement en plein centre, mais quelque fois, les projets vous amènent vers des choses différentes. Elle a fait ce choix pour consacrer plus de temps et d’argent à son projet d’ailleurs. Sa vie est aujourd’hui pleine de doutes… l’ascenseur émotionnel de l’entrepreneur, les hauts et les bas, le fait de se sentir seule. Nous avons tous été Gertrude un jour.

Gertrude et l’entrepreneuriat

Gertrude, quand elle était encore avocate au barreau de Paris, avait un rêve, aider vraiment les gens, elle ne se sentait pas assez importante dans son travail, face à un système qu’elle ne comprenait plus. Un jour, elle a décidé que c’en était trop. Elle quitte son job, se lance à son compte, et monte un projet qui pour elle, a du sens. Elle en avait marre des grands cabinets, des horaires sans fin, de la pression, et de tout un tas de certitudes ambiantes. Elle se dit, “être son propre patron, ça va être génial”.

Gertrude face à son projet, fait un constat

Les jours passent, les semaines, les mois, et un constat s’impose : lancer son projet seul, ce n’est pas si simple. Maman et Tonton le trouvaient génial, mais personne n’achète ce que je propose. Ils ne comprennent sûrement pas à quel point c’est génial… Le problème vient sûrement d’eux, il faut que je leur explique encore mieux, ils finiront par comprendre.

Ce que je vous raconte ici, je l’ai vu chez presque tous les entrepreneurs, au moins une fois, s’entêter face à son projet, être sûr que le problème vient des autres. Désolé de vous décevoir, mais si votre projet n’avance pas, cela vient seulement de vous. En face, c’est le marché. On peut le comprendre, jouer avec, lui proposer des choses, mais si personne n’en veut, c’est qu’il y a un problème.

Les certitudes face à la communication

“J’aimerai communiquer sur internet”

La phrase type. Elle n’est pas méchante, elle est simplement innocente, pleine d’espoir, Gertrude l’a tellement dite. Elle voudrait communiquer plus face à son projet, elle sait qu’elle ne doit. Seulement entre les réseaux sociaux, les medias, les sites… elle ne sait pas par où commencer. Tout le monde trouve son idée géniale, mais personne n’achète ce qu’elle propose…

Gertrude perdra peut être de l’argent avec l’un ou l’autre Gourou en ligne, passera par des agences chères et réputées efficaces qui ne comprendront ni son projet, ni le problème de fond de celui-ci et qui lui demanderont des sommes folles en budget publicité et Relations Presse pour arriver à un constat triste, mais fréquent : C’est la fin de ce beau projet entrepreneurial, il n’y a plus de fonds, il faut retourner à une vie salarié. Le Choc.

Comment ne plus être comme Gertrude

Le problème évident ici, en plus qu’un manque d’entourage flagrant, c’est celui que l’on observe chez tous les porteurs de projets : ils sont amoureux de leur entreprise.

Il la trouve géniale, leur famille a validé, et si personne n’achète, c’est qu’ils sont cons, pas besoin de remise en question.

  • Ils ne comprennent pas ma plateforme ? C’est facile pourtant… ils sont débiles.
  • Mon offre leur paraît trop chère ? Oui mais machin la vend tant.
  • Comment ça je ne peux pas vendre 600 consoles en 2 jours ? Playstation l’a pourtant fait…

Je pourrai en citer des tas.

Ce n’est pas condescendant de ma part même si ça en a fortement l’air : J’AI ETE DANS CE CAS.

J’ai été amoureux de mon projet et du produit que je lançais, je le trouvais génial, et j’avais TOUT faux, et je me suis bien cassé les dents à ne pas écouter certains conseils autour de moi.

J’aimerai vous éviter cela. Je n’ai pas envie que vous soyez des Gertrude, je n’ai pas envie de vous voir échouer, j’ai envie de vous voir réussir, de vous voir devenir les meilleurs, de vous voir vous éclater au quotidien dans ce que vous faites.

C’est pour ça que je vous apprends à raconter des histoires, pour que vous puissiez le mieux possible, raconter la vôtre.

Être un conteur moderne

C’est tout ça aussi, être un conteur moderne…

Comprendre que pour une bonne histoire, il faut de bons éléments, de bons personnages, une bonne trame. Parfois cette histoire, on va avoir besoin de marketing pour la raconter, d’outils techniques, mais ça n’en reste pas moins une belle histoire.

Cette histoire c’est vous, c’est votre entreprise, c’est votre marque, que l’on va raconter avec les outils à notre disposition aujourd’hui.

On va arrêter d’utiliser des mots compliqués pour parler de tout ça, ce ne sont que des outils.

Ne nous donnons pas d’importance avec des mots en apparence compliqués.

Vous voulez en savoir plus sur ce qu’un Conteur Moderne et comment je mets ça au quotidien en place avec des marques, des entreprises, des entrepreneurs ?

C’est par ici : https://jkohlmann.fr/par-ou-commencer/

Written by Jérémy Kohlmann
Je m'appelle Jérémy, et j'ai créé ce blog aussi bien comme carte de visite que moyen d'expression. Nous traiterons ici de ce que j'aime (le sport, la santé, l'aspiration au mieux-être) mais aussi de ce que je fais (la stratégie digitale, les réseaux sociaux, le Brand Content). Pour plus d'informations, le menu contact est juste au-dessus. Qui je suis ? Je suis un conteur moderne.