Raconter des histoires sur Facebook : La croisée du Storytelling et du Community management

Dans le podcast du jour, j’ai choisi de vous parler de Facebook, comme je le faisais hier sur la newsletter, ou il y a quelques semaines dans un autre podcast. Pourquoi ce choix ? Vous êtes de plus en plus nombreux à vous demander comment vous lancer sur Facebook, avec une page ou votre compte, et il y a des erreurs à ne pas faire (je le sais, je les ai presque toutes faites un jour ou l’autre !). Voyons ensemble, comment avoir une communication de poussin sur Facebook, comment bien raconter des histoires ou pour parler en termes d’adultes : Comment allier intelligement Storytelling et Community management sur ce réseau.

Aujourd’hui, les Conteurs Modernes se lancent chez Zuckerberg !

Facebook, pourquoi y être ?

C’est la question à un million que l’on se pose à chaque fois. Bien souvent, j’entends une bêtise du genre « Oui mais il faut être sur Facebook, ça fait sérieux« . Mhhmmm non, désolé, c’est sérieux seulement si vous le faites sérieusement. Si vous êtes aujourd’hui sur Facebook en publiant n’importe quoi, n’importe quand et que vous avez confié votre Community management au stagiaire de 3eme qui est normalement là en observation, alors vous desservez votre cause plus qu’autre chose.

Facebook peut être un formidable outil, à condition de le prendre un minimum sérieusement. vous devez y aller si vous avez quelque chose à dire, une vraie stratégie, une envie de construire une audience, une envie d’apporter de la valeur à vos fans. Si vous n’êtes là que pour y être, merci de fermer votre page Facebook au plus vite, d’ouvrir un livre, et de recommencer plus tard.

Oui, je suis un peu brusque, mais je trouve ça bien trop dommage de vous voir perdre du temps et/ou de l’argent, parce que vous avez voulu aller trop vite. Vous êtes probablement bien meilleur dans votre métier que dans celui d’un autre, ne l’oubliez pas (Je délègue moi-même ce que je ne maîtrise pas, nous ne sommes pas des apprentis sorciers).

Bien connaître sa cible

C’est la base, le début, l’essentiel. C’est d’ailleurs ce que je fais généralement en premier ou en deuxième avec les participants de l’Inkubator. Bien comprendre à qui on s’adresse, et c’est encore plus important sur un réseau social où la bataille de l’attention est loin d’être gagnée.

Attention, je parle de votre cible SUR FACEBOOK et non pas dans la vie, dans la vente etc…

Vous ne vous adresserez pas forcément aux mêmes personnes sur ce réseau qu’ailleurs.

Qui est sur Facebook ? C’est la première question à laquelle vous devez répondre. Quand vous l’aurez compris, vous pourrez plus facilement vous poser la question d’après : est-ce que j’ai quelque chose à dire à ces personnes ? Car oui, avant d’avoir quelque chose à vendre, il faut s’exprimer, partager, apporter de la valeur ; c’est le principe même d’un réseau social.

Comprendre l’utilisation des personnes en face de vous

Je sais, ça fait un peu madame Irma, mais comprendre ce que font au quotidien, les personnes à qui vous avez quelque chose à dire, c’est essentiel. C’est le principe de l’avatar de comm’, que reçoivent tous les inscrits à la newsletter. Si vous arrivez à créer un vrai personnage qui décrit votre cible idéale, avec une vie, des comportements, des idées ; alors vous pourrez vous adresser beaucoup plus facilement à cette personne. Vous saurez quand lui parler, quoi lui dire, comment la toucher le plus justement possible, pour que ce prospect idéal s’intéresse à ce que vous faites, et à ce que vous avez à dire.

Raconter la bonne histoire sur Facebook

Le Community management c’est bien, mais il manque bien souvent de Storytelling. Publier des postes sans vie, qui ne partagent rien d’autre qu’un lieu produit ou un lien d’abonnement, c’était peut être possible aux débuts du réseau social, mais aujourd’hui, il y a bien trop de concurrents.

Des concurrents qui distribuent du contenu, qui agissent comme un média, qui vont être drôles, percutants, impactants, et qui vont vous laisser sur le carreau. Alors comment faire ?

Racontez de belles histoires à vos fans. Parlez de vous, faites les rêver, transportez-les, aidez les à se projeter avec vous, à intégrer vos valeurs. Soyez un média, soyez un moteur. C’est beau hein ? Alors lancez-vous !

A quelle fréquence dois-je prendre la parole sur ce réseau ?

Ça aussi c’est une très bonne question. Je pense qu’il n’y a pas de règle, tout dépend des audiences. J’ai vu et expérimenté des pages qui postaient une fois par semaine, d’autres plusieurs fois par jour, sans que ce soit un problème ou une solution. Aujourd’hui, je suis plutôt pour publier TRES régulièrement, pour être un rendez-vous pour vos fans et prospects, mais je ne demande qu’à avoir tort. Expérimentez, testez, demandez aux personnes qui vous lisent s’ils veulent en lire plus, ou moins. Ils sont un très bon indicateur et plutôt de bon conseil…

Comment je construis un poste sur Facebook ?

Là encore, tout dépend du message que vous voulez faire passer. J‘aime bien copywriter un poste Facebook comme un texte de vente. Parler d’un problème, amener une histoire (vécue si possible) et parler de sa résolution… mais je propose du contenu informatif de formation moi ! Vous pouvez aussi faire des blagues, proposer des vidéos, poser des questions à vos fans, et ce sera alors bien différent.

J’aime les postes longs, ce sont ceux qui marchent le mieux jusqu’ici pour moi et certains de mes clients, je ne peux donc que vous y encourager. Certains ne seront pas d’accord avec cela et je respecte leur avis. Je vous parle de ce qui fonctionne pour moi, vous êtes libre de tenter le coup.

Essayez quelques jours d’affilé de faire des postes longs et vous verrez les résultats en terme de réactions.

La visibilité de mes histoires : le Reach Facebook et le contenu sponsorisé (Facebook ads)

Facebook donne de plus en plus de visibilité à vos amis et votre famille, et de moins en moins aux pages. C’est une chose que nous savions, c’est annoncé, ils vont vers un modèle de plus en plus payant pour les entreprises. Ce n’est pas forcément un problème, mais il faut savoir où vous mettez les pieds.

Finie la ruée vers l’or, Facebook ne vous déroule plus le tapis rouge. Pour être vu, il faudra payer. Le Reach (% de personnes qui voient vos contenus par rapport à votre base de fans) est de plus en plus faible (on est souvent sous les 5%) et le Facebook Ads de plus en plus utilisé.

Je ne suis pas un expert de l’acquisition de trafic via ce biais, mais je vous recommande très vivement la société Bluepill avec qui je travaille quand mes clients me le demandent.

Le mot de la fin

Que devons-nous retenir de tout ça au final ? Facebook peut être un formidable outil ou votre plus grande perte. Il ne faudra pas y aller les yeux fermés, mais bien réfléchir avant de vous lancer. Comme tout réseau social, vous devenez un média quand vous y mettez les pieds ; vous aurez donc besoin d’une stratégie, d’une ligne éditoriale, d’un plan.

Ce n’est pas impossible, vous pouvez y arriver, soyez simplement conscient de ce que vous faites.

Se faire accompagner sur Facebook

L’Agence Solon, comme bien d’autres d’ailleurs, propose ce travaille d’accompagnement en Inbound Marketing. N’hésitez pas à passer le porte (du site…) pour en discuter.

Des personnes compétentes seront toujours là pour vous répondre.

Et pour ceux qui ne me connaissent pas…

Et pour finir, et pour ceux qui ne me connaissent pas : Je m’appelle Jérémy Kohlmann, je suis coach en communication (sur les internets) et raconteur d’histoires professionnel. J’apprends aux entrepreneurs, aux entreprises, aux marques, à prendre la parole sur le Web de façon professionnelle et maîtrisée !

Written by Jérémy Kohlmann
Je m'appelle Jérémy, et j'ai créé ce blog aussi bien comme carte de visite que moyen d'expression. Nous traiterons ici de ce que j'aime (le sport, la santé, l'aspiration au mieux-être) mais aussi de ce que je fais (la stratégie digitale, les réseaux sociaux, le Brand Content). Pour plus d'informations, le menu contact est juste au-dessus. Qui je suis ? Je suis un conteur moderne.