T-shirts, entrepreneuriat, livres et Thé vert – Avec Guerric de Ternay

– Hello Guerric ! Bienvenue sur ce blog. Pour commencer, tu nous parles un peu de toi et de ton parcours à travers l’entrepreneuriat et les start-ups ?

Hello Jérémy. Merci de m’accueillir sur ton blog.
Effectivement, je suis bien impliqué dans le monde de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je manage GoudronBlanc, une marque de T-shirts de haute qualité pour homme, que j’ai lancée en 2012.

 

Mais mes aventures entrepreneuriales ont commencé officiellement quand j’avais 16 ans.

C’est à ce moment là que j’ai lancé une agence de marketing digital qui s’appelait Logo en Vue. Mon activité principale à l’époque était d’aider les startups et les TPE-PME sur leur communication digitale.

Depuis, j’ai exploré l’univers des startups dans les quatre coins du monde.

J’ai été Directeur Marketing de Contriber, un accélérateur de startup en Estonie. Et aujourd’hui, je suis mentor dans le premier accélérateur d’Amérique du Sud, Startup Chile. J’enseigne également l’entrepreneuriat et l’innovation dans le Master de Management de UCL.

Cela me donne une bonne perspective sur l’évolution du monde des startups.

 

Il est vraiment génial de voir que c’est un écosystème qui devient de plus en plus mature. Il y a dix ans on était vu comme un excentrique si on avait la vingtaine et lançait sa boîte. Aujourd’hui, c’est presque banal.

Mais tous les écosystèmes ne sont pas au même niveau.

Par exemple, l’Amérique du Sud a du retard pour des raisons culturelles et des freins causés par la réglementation locale. C’est ce qu’explique très bien une étude de la Banque Mondiale. Alors que l’Estonie est en avance sur la majorité des pays d’Europe.

– Nous nous sommes connus quand tu préparais le lancement de GoudronBlanc, tu nous en parles ?

GoudronBlanc a bien grandi depuis. La marque se développe toujours avec la même philosophie. Mon objectif est de continuer à proposer la meilleure qualité de T-shirt pour homme.

L’aventure GoudronBlanc est née sur la base d’une observation clef :

Nous sommes nombreux à porter des T-shirts à toute occasion (soirée entre pote, au boulot, évènement de famille). Mais l’aspect de ceux-ci est souvent négligé, alors que cela n’a jamais été le cas des chemises.

La raison principale, c’est que les marques ne voient pas le T-shirt comme un élément stratégique de leur collection. Elles pensent qu’ajouter leur logo à un T-shirt ordinaire suffit à justifier le prix auquel elles le vendent.

Résultat, le marché est plein de T-shirts de médiocre qualité.

C’est la raison pour laquelle une marque qui se concentre sur la qualité, comme GoudronBlanc, a vraiment sa place dans le vestiaire masculin.

GoudronBlanc est bâti sur l’idée de faire une seule chose et de la faire très bien, en l’occurrence la création de T-shirts pour homme. Cela nous permet de n’avoir aucune distraction et d’être sûr que nous pouvons répondre à une clientèle toujours plus exigeante.

– Et aujourd’hui, comment ça se passe de ton côté ?

Écoute, tout se passe bien, Jérémy.

Très occupé, mais sur des projets que j’adore. 😃

 

Alors que GoudronBlanc est en pleine croissance, je me lance une autre aventure. Avec un ami de longue date, nous venons de lancer Blackwood.

Blackwood est une marque qui propose de beaux accessoires en cuir de liège. C’est une matière naturelle qui est très belle, très résistante, et qui est la meilleure alternative au cuir animal. Cela nous permet d’avoir une pièce qui respecte vraiment l’environnement.

Malheureusement, la majorité du cuir animal que l’on trouve produit des conséquences néfastes en raison des produits chimiques et des litres d’eau qui sont utilisés

Oskar, mon associé, et moi-même, souhaitions résoudre ce problème tout en offrant une expérience de qualité. Pour le moment, les seules alternatives sont toutes en plastique.

Après des mois de travail, la première collection de Blackwood va bientôt voir le jour. Nous aurons un porte carte, et des pochettes d’ordinateur et tablette.

 

J’attends cela avec impatience !

– Qu’est-ce que t’as appris cette première expérience en tant qu’entrepreneur ?

Ma plus grande leçon d’entrepreneur, c’est que c’est à nous de créer nos propres opportunités.

Et je sais que c’est quelque chose en laquelle tu crois aussi beaucoup, Jérémy.

J’ai travaillé avec de nombreux entrepreneurs. Et ceux qui réussissent le mieux ne sont pas forcément les plus intelligents (dans le sens “intellectuels”), ce sont ceux qui se lèvent le matin avec l’envie de réussir et d’y mettre les moyens.

J’ai cette citation posée sur mon bureau :

“Celui qui veut réussir y trouve le moyen. Celui qui doute trouve une excuse.”

Crois moi ; ça motive.

– Tu bosses aussi dans la stratégie maintenant, la croissance etc… tu nous racontes ?

Oui !

En parallèle de l’aventure GoudronBlanc, j’ai rejoint ?What If!, le premier cabinet de conseil en innovation à avoir été lancé en Europe, il y a de cela 25 ans.

Vraiment, j’adore.

Il me serait tout à fait possible de travailler à plein temps sur la croissance de GoudronBlanc. Mais ce qui m’intéresse en ce moment, c’est de pouvoir jongler entre le développement de ma propre boîte et gérer des projets d’innovation avec des acteurs massifs comme Danone, Time Inc, ou encore la banque Santander.

Le monde de la stratégie est fascinant, surtout à cette échelle.

Il est intéressant de voir que la puissance de tir de ces mastodontes (leur capacité commerciale) est à la fois leur plus grand atout et leur plus grand challenge. Ce sont des entreprises qui ont des décennies d’histoire, sinon pas des siècles.

Cela leur a permis de forger un modèle plein de succès. Mais c’est également ce qui rend l’innovation parfois difficile.

 

Il n’est pas facile pour les boîtes du Fortune 500, qui ont connu tant de succès, de répondre à la question : “Pourquoi repenser notre modèle ?”

Il y a un livre que j’aime beaucoup pour son titre.

C’est : What Got You Here, Won’t Get You There (“ce qui t’a fait arriver ici, ne t’aidera pas aller là-bas”).

Je n’ai jamais lu le livre. Mais son titre est tellement évocateur et suffit à m’inspirer. Il y a cette impression qui si l’on est plein de succès, on n’a pas besoin de changer ; tout va bien. Mais c’est justement à ce moment-là qu’il faut commencer à penser à innover.

Cela s’applique aussi bien aux grandes entreprises qu’à nous même, en tant qu’individus.

Pour ceux que ça intéresse, je creuse les sujets d’innovation et de stratégie sur mon blog.

– Pour boucler la boucle, tu es aussi très petit thé vert de hippie ? Une raison et une préférence ?

Outre les innombrables bienfaits du thé vert et son goût, ce que j’aime beaucoup, c’est le rituel qui va avec.

 

Préparer un thé vert est l’un des meilleurs moyens de déconnecter de son boulot, mais pas trop. Le but est juste de prendre le recul suffisant pour clarifier sa pensée et être paré à attaquer avec un nouvel angle ce qu’on est entrain de faire.

Mon préféré est le Kukicha du Palais des Thé. C’est un thé composé uniquement de morceaux de tiges. Il a un goût iodé dont je ne me lasse pas. Et l’un des gros avantages, selon moi, c’est qu’il n’y a pas de caféine (aussi appelée “théine”), les tiges n’en ayant pas. Du coup, il est possible d’en boire à tout moment de la journée.

Je conseille aussi la glace au thé vert matcha. Certains bons restaurants japonais en ont des vraiment bonnes. 😍

– Merci pour ton temps et au plaisir de te lire !

Merci Jérémy. Toujours un plaisir.

Continue à bloguer ! C’est sympa de pouvoir suivre tes réflexions et tes aventures.

Et pour ceux qui souhaite suivre mes aventures et recevoir de bons conseils, abonnez vous à ma newsletter.

 

Written by Jérémy Kohlmann
Je m'appelle Jérémy, et j'ai créé ce blog aussi bien comme carte de visite que moyen d'expression. Nous traiterons ici de ce que j'aime (le sport, la santé, l'aspiration au mieux-être) mais aussi de ce que je fais (la stratégie digitale, les réseaux sociaux, le Brand Content). Pour plus d'informations, le menu contact est juste au-dessus.