Entrepreneur et praticienne en hypnose, à la rencontre de Tévy Khon

Un nouvel article, une nouvelle interview. A l’heure où je lance la phase 2 de ma formation sur les réseaux sociaux (Disponible ici), j’ai eu envie de parler avec Tévy, qui a pris un angle très intéressant pour sa communication digitale. Bouge-pas, elle t’explique comment allier profession très sérieuse et communication légère.

– Hello Tévy et bienvenue ici ! J’ai le plaisir de t’interviewer aujourd’hui parce que tu as un parcours pro assez atypique, tu nous racontes un peu toutes tes mésaventures et aventures ? 

Han ouais j’avoue j’ai pas fait un bac puis une licence ou une ecole, puis eu mon premier taf et eu une vie professionnelle paisible ! J’ai un parcours très atypique, j’ai fait beaucoup d’etudes qui ne m’ont pas servi (notamment une licence en langue chinoise… Mais pourquoi j’ai fait ça déjà ?), et puis un beau jour j’étais assistante de direction dans un grand cabinet d’avocats et j’me suis fait virer.

Comme un gros caca ouais. J’ai remis en question toute ma vie professionnelle, toutes mes compétences. j’étais au fond du trou. Comment une meuf qui parle 5 langues, qui a appris le chinois a la fac, à le lire et l’écrire, et qui est aussi intelligente peut foirer un taf qui consiste à mettre en place des tâches simples tout au long de la journée ? Du coup, c’est peut être pas très avouable, mais j’suis allée voir une psy. Ensemble on a vu que j’étais faite pour être thérapeute, pour aider, pour accompagner. J’ai pris un boulot alimentaire, j’ai commencé des études de psycho par correspondance et j’ai lu et me suis formée de mon côte.

J’ai cherché des thérapies, des outils, des trucs concrets pour traiter les patients. J’ai beaucoup lu. Tout ce que j’ai lu a rendu mes études de psycho désuètes, passées, inutiles. Et puis, j’ai découvert l’hypnose. Le coup de foudre. C’était ça que je voulais faire de ma vie. Quand j’ai monté mon cabinet, je me suis rendue compte que je n’avais plus besoin de ces études qui m’encombraient, et que je pouvais me former seule. Je fais confiance à mon gros cerveau pour faire le reste.


– Plutôt que la thérapie classique, tu as choisi l’Hypnose, et plutôt que le regard strict que tout le monde lui apporte, tu choisis les réseaux sociaux et un ton léger, drôle, agréable, agrémenté de données scientifiques. Comment t’es venue cette idée ? 

L’idée des réseaux sociaux, au début elle est venue naturellement dans le business plan du cabinet parce que tout le monde a un site internet et une page facebook. Au départ, c’était juste une histoire de visibilité. Et puis un jour un hippie m’a dit que j’avais pas à avoir peur de montrer qui j’étais parce que c’est ça que les gens voulaient voir.

Il a ouvert les vannes, et ma créativité a fait le reste. J’avais envie de partager mes connaissances depuis longtemps avec d’autres gens, et j’ai toujours écrit dans plusieurs blogs. Mais en fait, c’était pas assez. Il me fallait des dessins sur un tableau blanc, des chansons à la con, des recettes de cuisine, du son, des images. J’ai d’abord commencé par faire des storys sur instagram pour voir comment les gens réagissaient, et ça a été un super succès ! Du coup, c’était normal et dans la logique des choses de faire des vidéos 🙂

– Penses-tu aujourd’hui qu’une nouvelle approche des sciences, de la thérapie, et carrément de la médecine est possible grâce aux nouvelles façons de communiquer ? 

Complètement ! Mes parents sont médecins et je me souviens des cassettes VHS d’anesthésie de papa, pour qu’il apprenne les techniques médicales en vidéo ! Aujourd’hui, les internes en médecine prennent des photos des cas difficiles avec leur smartphone et ils peuvent accéder facilement aux infos via internet ! Il y a de plus en plus de psychologues qui proposent des séances via skype, super pratique pour les patients qui ont de grosses phobies sociales et qui ne peuvent pas sortir de chez eux ! Moi, ce que je veux surtout c’est que l’hypnose devienne enfin un outil connu et crédible, et que tout le monde sache s’en servir pour se faciliter la vie et être plus heureux. Si je veux que les gens sachent s’en servir, il faut que je leur apprenne avec des techniques simples, et qu’elles soient accessibles facilement. Quoi de mieux que les réseaux sociaux pour ça?

– Peu à peu, tu te « brand » un personnage assez fort sur internet, et te connaissant, je sais qu’il te ressemble – pourquoi ce choix d’être toi, quand tous les autres s’entêtent à rester « neutre » ? 


On m’a beaucoup et souvent déconseillé de mettre mon image en avant, mes vrais nom et prénom sur internet, et surtout de partager ma personnalité drôle et joyeuse! Ca ne se fait pas de se dire thérapeute et de ne pas être sérieux! Et puis je me suis rendue compte que les patients qui venaient me voir me faisaient justement confiance parce que je ne suis ni menaçante, ni mystérieuse, ni toute puissante. Je suis simple, franche, drôle. Et surtout, je suis digne de confiance parce que je suis transparente . Je partage mon expérience de l’hypnose de façon claire parce que j’en ai marre qu’on pense que je suis une voyante magicienne qui lit dans les pensées! Les gens doivent savoir qui je suis pour ensuite s’intéresser à ce que je fais, du coup je partage qui je suis en espérant que les gens veuillent bien faire le sanglier avec moi ! *gruik*


– Que dirais-tu à ceux qui ont peur aujourd’hui de se lancer, de sauter le pas, de faire les choses autrement ? 

Que c’est normal d’avoir peur, et qu’il faut se faire confiance! Avoir confiance en ce qu’on fait c’est vraiment très important. Je sais que j’ai l’air complètement dingue à faire des tractions pour expliquer comment je traite mes patients sous hypnose. Je sais que j’ai l’air dingue quand je dis « je suis végane, crossfitteuse, praticienne en hypnose, je fais du yoga et je vais t’expliquer de façon très simple comment fonctionne ton cerveau avec les dernières études scientifiques sur le sujet ». Je sais que ça fait peur de faire les choses autrement parce que ça remet en question tous les truismes des gens autour de nous. Et oui je mange pas de viande, j’ai certainement les dents qui tombent tellement je suis carencée, mais mon cerveau sait encore ce que c’est qu’un truisme. Ouais ma gueule. Malgré toutes les idées reçues, sur moi, sur l’hypnose, sur tout ce que je pourrais faire, j’ai toujours confiance en mes capacités et en la qualité de mon projet. Ayez confiance, ça va bien se passer! Vous êtes des sangliers 🙂

– Un conseil que tu veux donner à ceux qui nous lisent pour finir ?

Et bah j’ai entendu plein de fois quand j’ai commencé l’aventure en tant qu’auto entrepreneur qu’il fallait surtout pas que je reste seule, qu’il fallait que je sois entourée par des gens qui m’aident, pour ne pas m’enfoncer dans la solitude. Et c’est totalement vrai, mais généralement on ne pense pas à aller voir un thérapeute pour changer sa façon se penser et sa stratégie. Ma psy, elle est aussi coach dans des entreprises pour inciter au management bienveillant, par exemple. Et moi, je ne fais pas qu’aider des gens à arrêter de fumer : j’ai des patients sportifs qui ont besoin de changer de stratégie et de s’entrainer autrement pour progresser, j’ai des gens qui ne dorment plus à cause de gros problèmes persos et qui travaillent moins efficacement à cause de ça, j’ai des patients qui pensent que la vie n’est faite que de teintes de gris et qui ont du mal à faire des plans de carrière dans ces conditions… Dans ces cas là, pour optimiser sa façon se penser, pour comprendre et réfléchir autrement, l’hypnose c’est top ! Cherchez ailleurs que chez les coachs en développement perso, les consultants, et autres personnes spécialisées dans ce domaine, ouvrez votre esprit… Dynamisez vos chakras… Vous êtes des sangliers. Nan j’déconne, passez me voir au cabinet, j’ai surement lu la derniere etude scientifique sur le sujet.

BEUZOU
Pour retrouver Tévy :
Written by Jérémy Kohlmann
Je m'appelle Jérémy, et j'ai créé ce blog aussi bien comme carte de visite que moyen d'expression. Nous traiterons ici de ce que j'aime (le sport, la santé, l'aspiration au mieux-être) mais aussi de ce que je fais (la stratégie digitale, les réseaux sociaux, le Brand Content). Pour plus d'informations, le menu contact est juste au-dessus.